fbpx Un camp auprès de jeunes femmes migrantes | Les Guides
Publié le 28/06/2019
Un camp auprès de jeunes femmes migrantes

Un camp auprès de jeunes femmes migrantes

Florence, alias Tangara, chez les Guides depuis ses 6 ans, est devenue Animatrice Horizon. Une belle façon, pour elle, de continuer à apprendre à ses Horizons à préparer un camp, se responsabiliser et s’ouvrir au monde. Au mois de juillet, les Horizons de la 20e BE s’en iront à Valence pour y rencontrer un groupe de jeunes migrantes.

Peux-tu nous décrire ton projet de camp ?

Notre projet est né suite aux échanges avec l’European Network of Migrant Women. Un réseau d’associations défendant les droits des femmes migrantes. Notre projet, en les rencontrant, vise à permettre une conscientisation des droits des femmes aujourd’hui, ici et ailleurs dans le monde.
Au travers de différentes activités, jeux, débats et discussions, nous échangerons nos points de vue mutuels sur les droits des femmes et les droits des migrants.
Le projet aboutira à la réalisation d’une courte vidéo reflétant les échanges, les réflexions et les messages de sensibilisation que nous aimerions faire passer à notre entourage.

C’est un projet qui vous tient fort à coeur ?

Oui, très à coeur. Nous avons l’impression qu’il s’installe une sorte d’indifférence générale à l’égard des migrants et nous voulons essayer de changer cela. Nous espérons que ce projet permettra de faire évoluer les mentalités. En tant que Chaine, notre but est de s’ouvrir à de nouveaux horizons.
S’assoir à une table ensemble, partager nos idées, débattre et construire un projet ensemble, avec un groupe de migrantes, c’est en effet une expérience nouvelle pour nombre d’entre nous ! Mais c’est certainement une première étape essentielle vers l’acceptation de l’autre et son intégration en Europe et l’abolition de certains stéréotypes inévitablement présents.

Comment avez-vous entendu parler du projet ?

En fait nous l’avons en quelque sorte créé, avec l’aide du BIJ. Le BIJ c’est le bureau International de la Jeunesse. Il collabore avec les Guides pour favoriser les échanges interculturels entre jeunes, et notamment les projets portant sur la thématique des Droits des Hommes et Droits Sociaux.

Comment te sens-tu à l’approche de votre camp ?

Disons que je suis d’abord un peu stressée. J’espère que tout se passera bien et que tout le monde se sentira libre de s’exprimer et de défendre ses idées, qu’il n’y aura aucun problème pratique etc. Je suis pleine d’espoir… Que ce projet aboutira à quelque chose de concret, que nous arriverons à avoir un certain impact autour de nous. Tu as hâte ? Bien sûr, je suis aussi supeeeer impatiente ! On a beaucoup réfléchi à ce projet pour qu’il se déroule au mieux, alors maintenant que tout se concrétise de plus en plus, j’ai hâte d’arriver sur place pour pouvoir y participer et rencontrer ces jeunes migrantes ! Je suis convaincue que cela restera une des plus belles expériences de notre vie.